Médecins : comment convaincre vos patients d’arrêter de fumer ?

arrêter de fumer

Fumer n’apporte aucun bienfait sur la santé, mais au contraire, peut générer des maladies ou des dépendances. Pire encore, la vapeur dégagée peut faire mal à l’entourage qui devient des fumeurs passifs. Or, la santé est le trésor le plus important du siècle pour chaque individu. Certains arguments peuvent aider les médecins à convaincre les patients d’arrêter les cigarettes classiques, lesquels ?

L’information sur les effets néfastes du tabac sur la santé

Les médecins ont pour obligation d’informer les patients des effets du tabagisme sur la santé. Ces renseignements permettent de l’encourager à passer à la vapoteuse jusqu’au sevrage tabagique effectif. Effectivement, rien qu’en France, le tabagisme actif représente le quart des causes de décès par cancer. Facteur de risque de développement des cancers sur diverses localisations, entre autres, au niveau des poumons, des reins, des ovaires, de l’estomac, du col de l’utérus, de la vessie, du pancréas et des seins. Par ailleurs, le sevrage tabagique est un moyen de réduire les risques de mortalité prématurée, tout comme la survenue ou l’aggravation d’autres pathologies associées. Un fumeur qui se fait aider par un professionnel de la santé a 80 % de chances d’y arriver.

L’information sur la dépendance

Le sevrage tabagique nécessite un gros effort pour que l’intéressé arrive vraiment à arrêter la cigarette classique. Le soutien des proches et de l’entourage est important étant donné que le fumeur a besoin d’une grande assistance, en plus des soins médicaux. Ces personnes représentent, en quelque sorte, les meilleurs alliés pour lutter contre le tabagisme dans la mesure où la nicotine est une des substances générant une forte dépendance. Leur soutien s’avère être crucial pour réduire les symptômes de manque et pour écourter la durée de sevrage. Durant les premières semaines après l’arrêt du tabagisme, le patient peut ressentir de l’irritabilité ou de l’agressivité. Aussi, ce dernier peut être sujet à la tristesse, ou même à une légère dépression. Le manque peut se manifester par de l’agitation et de la déconcentration. À ces moments, lui montrer du soutien pour l’aider à traverser l’impasse est important. D’autant plus qu’après environ 10 semaines suivant le début, le patient commence à vouloir manger plus et fumer encore plus. La dépendance au tabac peut être un argument convaincant pour aider une personne à arrêter.

Le bon exemple pour ses enfants

En tant que professionnel de santé, le médecin peut aussi avancer au patient que le fait d’arrêter de fumer est un bon exemple pour les enfants en général, mais surtout pour les siens. Les petits qui voient leurs parents fumer adoptent naturellement la cigarette dès leur plus jeune âge. D’autant plus qu’en se sevrant, les parents prennent soin de la santé de leurs bambins qui arrêtent aussi d’être des fumeurs passifs. Effectivement, la fumée de cigarette a un impact sur l’entourage et sur toutes les personnes qui se trouvent à proximité, dans la mesure où ils l’inhalent. Pour arriver à passer le cap avec une transition douce, le médecin peut toujours conseiller au patient de céder la place des cigarettes classiques aux cigarettes électroniques.

La réduction de consommation de tabac est un facteur de réduction des risques de développer le cancer du poumon. D’autant plus que l’e-cigarette est proposé avec différents parfums et goûts. Mieux encore, chaque vapoteuse peut être utilisée avec un arôme naturel selon la préférence du fumeur. Le dosage de nicotine peut être contrôlé avec cette option pour éviter d’avoir le cancer et de devoir subir une opération quelconque par la suite.

L’économie et la santé

Le médecin peut également avancer l’économie comme argument afin de persuader un fumeur d’arrêter. Un petit calcul des dépenses affectées à l’achat des cigarettes permet de dégager une certaine somme qui est toujours conséquente et qui grève le budget. La totalité de l’argent investi dans ces produits tabagiques accapare un poste budgétaire important qui peut être économisé ou utilisé à d’autres fins, comme la sortie en famille, des petits cadeaux pour sa femme et ses enfants, mais surtout une bonne santé physique pour le patient lui-même.

Une alternative efficace et pratique

La cigarette électronique est l’alternative la plus efficace pour arrêter de fumer. Avec un réservoir contenant de la glycérine végétale et du propylène glycol, ce dispositif confère la possibilité de simuler l’action de fumer tout en bénéficiant des arômes, de la nicotine et du système de chauffage. Aussi, au lieu d’inhaler la fumée, le patient a de la vapeur d’eau pour lui donner l’impression de fumer réellement. Chaque patient peut choisir le dispositif qui lui convient, jetable ou rechargeable. En matière de toxicité, la cigarette électronique ne diffuse aucune substance cancérigène.

5 choses à savoir sur le métier de kinésithérapeute
6 questions fréquentes sur le métier d’infirmier libéral