5 choses à savoir sur le métier de kinésithérapeute

kinésithérapeute

Les masseurs kinésithérapeutes font partie des métiers paramédicaux. Ceux-ci attirent de nombreux étudiants chaque année. Toutefois, ce métier est assez méconnu. Quelles sont les études pour y parvenir ? Quelle est sa mission principale ? Quel est le salaire d’un kinésithérapeute ?Découvrez dans cet article les 5 informations essentiels à connaître sur le métier de kinésithérapeute.

1. Les études nécessaires pour devenir kinésithérapeute

Les études nécessaires pour devenir masseur-kinésithérapeute durent 5 ans. À cela peut s’ajouter une formation continue pour kinésithérapeute, que ces derniers peuvent décider de suivre afin de maintenir leurs connaissances à niveau. Plusieurs instituts de formations proposent à ces professionnels de santé de développer leurs pratiques et compétences dans de nombreux domaines. Ils peuvent ainsi se spécialiser ou tout simplement acquérir de nouvelles connaissances pratiques et théoriques. Les 5 années d’études se divisent en deux. En effet, dans un premier temps, il est nécessaire d’effectuer une première année de Licence avec un parcours spécifique “accès santé”, une Première Année Commune aux Etudes de Santé (PACES) ou encore une licence avec une option “accès santé en kinésithérapie”.

Dans un second temps, il faut accéder à un Institut de formation en Masso-Kinésithérapie. Cette formation dure 4 ans et est indispensable pour obtenir le Diplôme d’Etat de masseur-kinésithérapeute. Durant ces années, ils se forment au métier en étudiant la psychomotricité, la physiologie ou encore la sémiologie.

2. La mission principale d’un kinésithérapeute

La mission principale d’un kinésithérapeute est la rééducation des patients. Ces derniers viennent généralement le voir sur prescription médicale. Leur rendez-vous peuvent être pris en charge par l’assurance maladie. Le kinésithérapeute utilise les connaissances acquises en formation (telle que la psychomotricité ou la sémiologie) afin de diagnostiquer le patient. Il effectue des techniques de rééducation, manuellement et/ou avec l’aide de différents matériels, afin de rétablir la mobilité des articulations, de la posture. Il permet également de soulager les douleurs de ses patients. Ceux-ci peuvent être de toutes sortes. Il peut s’agir de patient atteint de troubles circulatoires, de rhumatismes ou encore de paralysie. Le kinésithérapeute peut s’occuper des nourrissons de mois de 12 moins en effectuant des techniques de kinésithérapie respiratoire. De plus, il peut traiter des sportifs en effectuant des manœuvres de kinésithérapie du sport.

3. Le salaire d’un kinésithérapeute

Le salaire des masseurs kinésithérapeutes peut varier. S’ils décident d’exercer dans la fonction publique, alors le salaire net mensuel pour un débutant sera de 1 983 € et pourra grimper jusqu’à 3 552 € net mensuel en fin de carrière. Toutefois, les masseurs kinésithérapeutes peuvent également décider d’exercer en libéral. Dans ce cas, ils doivent, bien évidemment, dans un premier cas, se procurer le matériel nécessaire, ce qui peut revenir assez cher. Néanmoins, un kinésithérapeute exerçant sa profession en libéral gagne correctement sa vie. Son salaire varie en fonction de l’importance de sa clientèle. Plus celui-ci aura de patients, plus son salaire augmentera.

4. Les différents lieux d’exercices du kinésithérapeute

Le kinésithérapeute peut exercer son métier dans différents lieux. Il peut exercer dans la fonction publique ou dans le secteur privé. Concernant la fonction publique, il a plusieurs choix. Il existe trois domaines : la fonction publique territoriale, la fonction publique hospitalière et la fonction publique de l’Etat (hôpital militaire). Le kinésithérapeute peut donc exercer sa profession au sein d’un hôpital, d’un EHPAD ou encore au sein de centres de rééducation. Il peut également choisir d’exercer en libéral et ainsi ouvrir son propre cabinet de kinésithérapie.

5. Les évolutions professionnelles possibles d’un kinésithérapeute

Il existe de nombreuses possibilités d’évolution de carrière pour un kinésithérapeute. Il peut, par exemple, s’il évolue au sein d’un hôpital, préparer le diplôme de cadre de santé ou encore de directeur de soins. Ainsi, avec ce diplôme supplémentaire, il évoluera vers un métier de responsabilités. Il existe également de nombreuses spécialisations. Par exemple, le kinésithérapeute peut choisir de se spécialiser dans la kinésithérapie respiratoire, la kinésithérapie du sport ou encore la rhumatologie. De plus, ces professionnels de santé peuvent décider, s’ils le souhaitent, de s’orienter vers l’ostéopathie. Ils peuvent obtenir le diplôme d’Ostéopathie en suivant une formation pour laquelle ils bénéficient de dispenses de formations. Ainsi, sur les 4 860 heures initiales, le kinésithérapeute en effectue uniquement 1 900.

Médecins : comment convaincre vos patients d’arrêter de fumer ?
6 questions fréquentes sur le métier d’infirmier libéral