6 questions fréquentes sur le métier d’infirmier libéral

infirmier

Pour un infirmier, s’installer en libéral ressemble parfois à un véritable parcours du combattant. Vous devez jongler avec la gestion de l’administratif, les règles éthiques, etc. Avant même la pratique, il faut passer par plusieurs étapes. Si ce statut est de plus en plus populaire, il convient de vous poser au préalable les bonnes questions.

1. En quoi consiste le métier d’infirmier libéral ?

Une infirmière libérale est une personne physique qui exerce une activité de soins sous sa propre responsabilité, à titre indépendant, et dans le respect strict de la déontologie et de l’éthique. Pour autant, travailler en libéral requiert la mise en place d’une structure juridique pour deux principales raisons. La première est la nécessité de clarifier la position professionnelle. La deuxième porte sur l’organisation du travail au quotidien. Le service de soins infirmiers comprend une large variété de prestations, encadrées par le Code de la Santé publique.

2. Quelles sont les différences avec le statut de salarié ?

Généralement, les infirmiers libéraux sont amenés à se déplacer aux domiciles de leurs patients. Ce qui leur permet de créer une relation de confiance et solide. Au-delà de cet aspect, ils sont libres de choisir leurs horaires de travail et évitent ainsi les horaires décalés. Concernant la rémunération, les infirmiers à domicile peuvent gagner le double du salaire d’un infirmier salarié. En contrepartie, leur charge de travail est plus importante. Leurs gains vont dépendre du nombre de soins fournis. Outre l’activité de soins, ils doivent s’occuper des dossiers des patients, de la comptabilité, etc.

3. Existe-t-il des conditions à remplir pour exercer en libéral ?

Pour exercer le métier d’infirmier libéral, vous devez satisfaire un certain nombre de conditions. La première est de détenir un diplôme d’État d’infirmier en Bac +3. Cependant, être diplômé ne suffit pas pour pouvoir vous installer en libéral, vous devez justifier d’une expérience professionnelle d’au moins 24 mois au sein d’une structure de soins organisée au cours des 6 dernières années. En cas d’arrêt des soins médicaux depuis plus de 6 ans, il faut avoir 12 mois d’expérience supplémentaires. Ainsi, il n’est pas possible d’exercer directement en libéral après vos études. Vous devez acquérir des expériences auprès des centres de santé. C’est crucial pour la sécurité des patients. Outre ces diverses obligations, vous êtes tenu de remplir certaines formalités comme la déclaration du début de votre activité au Centre de formalités des entreprises, l’inscription au Conseil de l’Ordre national des infirmiers, l’attachement à un local professionnel, etc.

4. Comment procéder pour exercer en libéral ?

Pour devenir infirmier libéral, il vous faut suivre différentes étapes. De ce fait, vous avez l’assurance d’être en conformité avec la législation en vigueur et évitez d’éventuelles sanctions. La première est d’enregistrer votre diplôme d’État d’infirmier auprès de l’Agence régionale de santé. De même, vous devez être inscrit à l’Ordre national des infirmiers. Après, il faut vous enregistrer à la Caisse primaire d’assurance maladie pour obtenir votre carte professionnelle de santé. Puis, votre entreprise créée, vous disposez d’un délai de 8 jours pour vous déclarer au Centre de formalités des entreprises. Dans les 30 jours après le lancement de votre activité, vous devez aussi vous affilier à la Caisse autonome de retraite et de prévoyance des infirmiers. Les deux dernières étapes consistent à souscrire à une RC pro et adhérer à une Association de gestion agréée.

5. Quelles prestations un infirmier libéral est-il habilité à fournir ?

Qu’il fasse partie du personnel soignant d’un hôpital ou exerce à titre indépendant, l’infirmier libéral réalise plusieurs types de prestations semblables en plusieurs points. Néanmoins, il existe un certain nombre de différences. Dans la majorité des cas, il délivre des soins à domicile pour assurer une prise en charge personnalisée à sa patientèle. Pour autant, rien ne l’empêche d’intervenir dans les centres de santé. Il travaille alors en tant que collaborateur. Par ailleurs, l’infirmier libéral peut être sollicité pour des missions ponctuelles. Par exemple, tout au long de la crise sanitaire liée au coronavirus, les professionnels libéraux ont participé à des soins variés comme la vaccination, la réalisation de tests, etc.

6. Un infirmier libéral est-il libre de fixer ses honoraires ?

Qu’ils exercent dans leurs propres cabinets ou en collaboration dans les établissements de santé, les infirmiers libéraux sont libres de déterminer leurs honoraires. Toutefois, cela doit se faire avec « tact et mesure ». Le remboursement des diverses prestations fournies reste basé sur les tarifs d’autorité. Il leur est aussi possible de signer la convention nationale qui régit les relations avec les organismes d’assurance maladie. Pour tous les soins qu’il délivre, un infirmier libéral conventionné s’engage ainsi à appliquer les tarifs conventionnels.

5 choses à savoir sur le métier de kinésithérapeute
Médecins : comment convaincre vos patients d’arrêter de fumer ?