Découvrez comment les thés peuvent réduire le risque d’Alzheimer jusqu’à 86%

L’hiver arrive à grand pas amenant avec lui une baisse progressive du niveau de la température. Pour se réchauffer, il est toujours agréable de boire du thé le matin, ou le soir avant de se coucher. Il est de notoriété que le thé aide le corps dans le processus de guérison pour les maladies respiratoires, digestives; mais aussi pour éliminer les toxines. Toutefois, l’université nationale de Singapour a fait une étude sur l’impact du thé sur le cerveau. Des résultats de ces études, ils en ont déduit que boire du thé régulièrement réduit le risque de développement de la maladie d’Alzheimer jusqu’à 86%. Un tel changement de comportement est très peu coûteux, mais arrive à faire du bien à notre cerveau.

Comment le thé peut prévenir la maladie d’Alzheimer?

Une enquête a été menée à Singapour, impliquant 950 personnes âgées de 55 ans et plus. L’objectif de ces études est de connaître l’impact de la consommation régulière du thé sur des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Elle a été menée de 2003 à 2005, en étudiant le changement de comportement des patients quand ils prennent l’habitude de boire du thé, même les patients déjà atteints de crise de démences. Puis, dans les années suivantes jusqu’en 2010, les chercheurs ont le suivi de chaque patient, en évaluant leurs fonctions cognitives selon certaines normes.

Il en résulte que le thé a un effet positif sur la santé du cerveau. En effet, les personnes qui prennent régulièrement du thé ont vu leur risque de développer des troubles neurocognitifs diminuer de 50 %. Le confort de vie des malades atteintes s’en trouve nettement amélioré. Il a été constaté également qu’une personne malade se porte de mieux en mieux, à travers les symptômes qu’ils ont développé. Pour les personnes atteintes de la maladie, leurs traitements ont été maintenus. Le pouvoir du thé s’est avéré encore plus impressionnant pour les personnes ayant une prédisposition génétique à la maladie d’Alzheimer. Dans leur cas, le risque de développement de la maladie a été réduit de 86%. Le thé peut donc être un bon moyen de prévention même pour les patients dont le diagnostic n’a pas encore été posé.

Les causes de tels résultats sont les substances que contiennent le thé, et qui le rendent si spécial: les catéchines et les théflavines. Ils ont des propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires, des facteurs importants pour protéger le cerveau et les neurones contre le vieillissement. Ainsi, ces substances constituent un facteur clé qui a pour rôle de combattre le risque de perte de mémoire et de crise de démences.

Selon une étude publiée en 2013, la théanine et la caféine dérivées des thés contribuent à l’évolution du niveau des consommateurs, les rendant plus performants au travail. En se combinant avec la L-théanine, la caféine devient un acide aminé qui réduit la fatigue mentale tout en améliorant la mémoire et en donnant un meilleur accès au cerveau.

Comprendre la maladie d’Alzheimer

En outre, une recherche publiée en 2012 sur des souris a montré que la substance EGCG, présente dans le thé vert, contribue également à améliorer la mémoire. L’EGCG augmente la production de cellules progénitrices neurales, qui peuvent être adaptées par le cerveau en fonction de ses besoins. Avec l’âge, le problème de mémoire est très fréquent. Ainsi, la consommation de thé est une solution pratique pour la prévention de la maladie. Il est peu coûteux pourtant efficace pour entretenir le cerveau en complément des médicaments. 

Comment consommer votre thé pour en profiter?

Bonne nouvelle : cette recherche a prouvé que tous les types de thé provoquent de tels effets protecteurs contre la maladie d’Alzheimer. Vous pouvez donc choisir votre saveur préférée. Cependant, il est important de noter que les impacts d’une telle évolution dépendent de quelques facteurs. Il faut opter pour des feuilles de thé, fraîches ou séchées pour avoir les effets escomptés. Les difficultés résident également dans le fait qu’il doit être consommé régulièrement.

Bien que les sachets de thé ne soient pas nocifs pour notre santé, la prise de thés en sachets n’apporte pas les mêmes effets que la boisson préparée avec les feuilles, qu’elles soient fraîches ou séchées.

En outre, il est important d’éviter une très longue perfusion. Dans le cas du thé vert, 2 à 3 minutes d’infusion suffisent. Pour les autres thés, 3 à 5 minutes est le temps idéal. Lorsque le thé est infusé plus longtemps, les plantes finissent par libérer des tanins, qui rendent la boisson amère.

Et, bien sûr, vous devez faire attention aux produits que vous utiliserez si vous voulez sucrer votre thé. Au lieu d’utiliser du sucre raffiné, préférez ajouter une cuillère à café de miel à chaque prise pour réduire le risque de diabète grâce à des thés naturels.

15 utilisations différentes de la vaseline pour la vie quotidienne des femmes
CBD oui, mais connaissez-vous le CBC ?