Comment l’activité physique affecte les poumons ?

Le sport sur le pneu : Les exercices entraînent la force, la coordination et l’endurance

La musique de l’enregistreur radio du gymnase de l’école primaire Adalbert Stifter de Fürth joue sur des bourdons en étain. Au rythme d’une chanson pop entraînante des années 80, un groupe d’hommes et de femmes se balancent en larges cercles. Les mouvements semblent assez simples. Mais au plus tard lorsque les participants font des tours d’échauffement dans la salle, beaucoup d’entre eux se rapprochent de leurs limites de performance. Les femmes et les hommes qui portent des vêtements de sport souffrent de maladies pulmonaires telles que l’asthme ou la BPCO, une bronchite qui rétrécit les voies respiratoires.

Tous les mercredis, ils se réunissent pour s’entraîner ensemble. L’exercice est au moins aussi important pour les patients pulmonaires que les médicaments. La recherche de ce bienfait activité physique ressort également des lignes directrices actuelles pour le traitement de la BPCO.

Entre le lit et la télévision, le problème est que les patients atteints d’asthme ou de BPCO s’essoufflent beaucoup plus facilement que les personnes en bonne santé mentale et physique, ce qui explique pourquoi ils font moins d’activité physique. En conséquence, leurs muscles s’affaiblissent, leur condition physique se détériore, le système cardiovasculaire peut être moins performant – et les patients se retrouvent parfois dans une spirale descendante. “À un moment donné, beaucoup d’entre eux ne font plus qu’un aller-retour entre le bord du lit et le poste de télévision”, explique le professeur Heinrich Worth, pneumologue à Fürth. Des sports spéciaux pour les poumons – comme ici dans la salle de sport – sont payés par les caisses d’assurance maladie et visent à aider les personnes concernées à briser le cercle vicieux.

Il est scientifiquement prouvé depuis longtemps que les patients pulmonaires bénéficient d’un exercice actif. Bien qu’ils ne puissent pas améliorer eux-mêmes la fonction pulmonaire, ils peuvent améliorer la force, la coordination et l’endurance. “Cela signifie que les patients peuvent faire plus avec le peu d’oxygène dont ils disposent”, explique le pneumologue Worth. Des études montrent que les patients qui pratiquent des activités physiques sportives après leur réadaptation peuvent parcourir à intensité modérée de plus longues distances sans aucun problème et beaucoup de bienfait activité physique. En revanche, les personnes qui ne sont pas actives ont tendance à perdre du poids.

Chatter et mesurer la pression artérielle

Une séance d’entraînement par semaine, c’est bien. Mais Worth veut aussi que ses patients fassent quelque chose les autres jours. La randonnée, la marche nordique ou la natation, par exemple. La musculation n’est pas un tabou : “La musculation est souvent un bon moyen de progresser, surtout pour les patients dont la capacité pulmonaire est limitée. Cependant, afin de réduire les facteurs risque, il est important pour les sports de haut niveau de faire une pratique activité sous supervision, de commencer très prudemment et d’intensifier lentement le niveau activité.

Le médecin déconseille uniquement les sports de compétition : “Les adultes deviennent souvent soudainement ambitieux et se surestiment. Les hormones du stress augmentent également le risque de complications cardiovasculaires, c’est pourquoi Gerlinde Köhler, professeur d’exercice physique à la salle de gym Fürth, veille à ce que les patients ne se surchargent pas. Afin de pouvoir s’entraîner avec des patients respiratoires et dégager un bienfait activité physique, elle a suivi une formation spéciale. Au début de chaque leçon de sport, elle mesure la tension artérielle des participants et vérifie leur effort et état de santé mental et physique actuel pour voir s’ils sont vraiment assez en forme pour la séance d’exercice.

Le tutorat sur le débit de pointeIl peut prendre un quart d’heure, parfois même plus. Les gens se saluent, échangent des idées. “Un peu de cliquets font partie du travail”, dit Köhler. Parfois, il faut encore plus de temps pour que la sueur coule. Par exemple, lorsque le médecin pulmonaire Worth – comme c’est le cas aujourd’hui – donne des cours particuliers avec le débitmètre de pointe, un appareil de mesure pour l’autosurveillance des performances pulmonaires.

Worth soutient personnellement le groupe Fürth et y participe activement chaque fois qu’il en a le temps. Le chef d’exercice Köhler est reconnaissant pour des contributions comme celle-ci, qui complète le mouvement de manière significative : “Même quelqu’un qui vérifie régulièrement sa fonction pulmonaire depuis des années ne fait pas toujours tout correctement. Le groupe a maintenant terminé son échauffement, la musique de danse lente remplaçant la chanson pop rapide. Les femmes et les hommes s’entraînent à respirer avec des cerceaux, et en même temps, les exercices demandent aussi de la force dans les bras.

Chacun à son rythme, lentement, les pneus tournent en rond, puis les mouvements deviennent plus rapides. “Cet entraînement spécial par intervalles est particulièrement utile pour les patients gravement malades, car ils ne se surmènent pas facilement”, explique M. Worth. Les patients atteints de BPCO, en particulier, doivent être un peu plus prudents lorsqu’ils font de l’exercice. Leurs voies respiratoires sont trop affectées par la maladie. Par conséquent, personne dans le groupe des sports pulmonaires n’est conduit. Chacun se déplace autant qu’il le peut, reste à sa propre vitesse et à intensité modérée.

L’entraînement comprend également des exercices spéciaux qui détendent les muscles thoraciques et respiratoires. Cet effort permet une meilleure et plus facile respiration. Il existe également des techniques qui permettent d’éliminer les mucosités lors de la toux, et les escaliers sont plus faciles à monter. Les adresses peuvent être données par des pneumologues ou des cliniques. 

Les patients remarquent généralement rapidement l’effet positif du mouvement sur leur qualité de vie. Il est de plus en plus facile d’aller au supermarché. Rendre visite au voisin qui habite un étage au-dessus n’est plus un tour de force. En retour, ils ne veulent pas manquer une leçon de sport.

Seniors : comment prendre soin de votre santé buccodentaire ?
Que faut-il savoir sur les e-liquides bio ?