L’impact des moisissure sur la santé?

Avez-vous remarqué des taches noires sous le plafond à certains endroits de la maison ? Ne négligez pas cette situation, car il est fort probable que des moisissures se forment dans la maison, ce qui est non seulement un problème esthétique mais aussi un problème de santé. La moisissure est un champignon multi-cellulaire qui se forme dans les environnements humides où il n’y a pas de circulation d’air adéquate. Leur diffusion favorise la production de spores très fines qui prennent racine dans le papier, le bois, le plâtre, les tuiles, etc. Les moisissures se nourrissent facilement, ce qui leur permet de survivre pendant de très longues périodes. Une intervention opportune et ciblée est nécessaire pour respirer un air sain dans votre maison.

Les effets nocifs des moisissures

Les moisissures ont des effets irritants et nocifs qui se répercutent également sur le système immunitaire et sont dangereuses surtout pour les sujets particulièrement délicats comme les enfants, les personnes âgées, les personnes allergiques, celles qui souffrent de maladies préexistantes et qui ont des déficits du système immunitaire. La moisissure qui se dégage des murs est inhalée involontairement par les habitants de la maison et entre en contact avec le système respiratoire en frappant la gorge, les bronches, les poumons et le nez. Dans les cas les plus graves, des maladies respiratoires telles que l’asthme, la bronchite, la sinusite et même la pneumonie chronique peuvent survenir. Les effets des moisissures sont parfois plus légers, mais impliquent toujours des maladies gênantes telles que les rhumes, les maux de tête, les troubles moteurs, la conjonctivite, les nausées, les vomissements, l’essoufflement, les allergies, la congestion et l’irritation des yeux.

Les spores libérées par la moisissure pénètrent dans les cellules et les tissus humains et rendent difficile l’échange d’iode et de potassium, qui sont essentiels à la communication et à la coordination entre les cellules nerveuses responsables du bon fonctionnement du cœur et des poumons. En gros, les symptômes causés par les moisissures sont de deux types : immédiats et chroniques. Dans le premier cas, les effets typiques sont une difficulté de concentration, une migraine et une inflammation du nez, de la gorge et des yeux. Aussi ennuyeux que soient ces problèmes, ils peuvent être résolus en s’éloignant de l’endroit “infesté de moisissures”. Dans le second cas, qui comprend des syndromes tels que la pneumonie, l’asthme, la rhinite et les maladies respiratoires allergiques, la situation est beaucoup plus grave car il s’agit d’un trouble chronique qui se prolonge dans le temps.

Voici donc une liste de symptômes pouvant être causés par ces agents: allergie, sensation de brûlures, rougeurs, démangeaisons des yeux; inflammation, sensation de brûlures, sécrétions à la gorge; allergie, sensation de brûlures, congestion nasale; saignement ou écoulement nasal; éternuement, toux; essoufflement anormal; respiration bruyante à la suite d’une grippe ou autre; sensation de fièvre; éruption (rougeur, boutons, plaques), inflammation à la peau; maux de tête inhabituels; nervosité, irritabilité inexpliquée; pertes de mémoire fréquentes et importantes; trouble de concentration; étourdissement, fatigue; insomnie, somnolence; douleur musculaire inexpliquées, diminution des capacités physique.

Normalement oui. Si on a apporté des travaux correctifs (décontamination) afin d’éliminer les moisissures en milieu intérieur, les choses devraient normalement redevenir en règle après quelques jours. Si ce n’est pas le cas, consultez votre médecin. Il est possible qu’il y ait autre chose qui vous cause ces symptômes, qu’une autre source de moisissures soit présente ou que le problème n’ait pas été complètement réglé. Dans certains cas cependant, les symptômes peuvent être irréversibles.

Généralement, toutes les moisissures sont irritantes à différents degrés (yeux, gorge, nez) et provoquent une réaction allergique.

Certaines moisissures sont toutefois plus nocives que d’autres. Par exemple, les familles de moisissures comme Penicillium ou Aspergillus sont reconnues comme ayant plusieurs de leurs membres générant des mycotoxines qui peuvent avoir un effet plus important sur la santé des occupants. C’est le cas entre autres de Aspergillus niger, Aspergillus flavus, Aspergillus fumigatus, Aspergillus versicolor, Penicillium citrinum, Penicillium cyclopium, Penicillium chrysogenum, etc. Aussi, des moisissures comme Alternaria alternata, comme Stachybotrys chartarum et comme Trichoderma harzianum peuvent avoir un impact sur la santé des occupants. Cladosporium Cladosporoides est une moisissure commune retrouvée dans les maisons. Malgré qu’on la retrouve la plupart du temps dans les maisons, elle peut également provoquer des symptômes. D’ailleurs depuis quelque temps, on peut remarquer qu’elle se retrouve dans les prévisions pollen (indice de spores) de météo média comme d’autres moisissures. Ceci n’est pas une liste exhaustive, beaucoup d’autres moisissures peuvent également être retrouvées dans un logement et peuvent générer des mycotoxines qui causeront des symptômes sur les occupants.

Ce qu’il faut faire pour lutter contre les moisissures

Tout d’abord, il est conseillé de ventiler la maison en permanence, en gardant les fenêtres ouvertes tôt le matin pendant au moins 2 à 3 heures pour favoriser un échange d’air continu. Pour garantir la bonne ventilation de l’air dans les différentes pièces, il est possible d’utiliser des ventilateurs mécaniques centralisés, une solution extrêmement moderne et innovante. Ces appareils “capturent” l’air de l’extérieur qui est refroidi ou chauffé par l’air qui en sort. Cette méthode assure une ventilation “verte”, le maintien de la température interne souhaitée et des économies d’énergie considérables. Il s’agit généralement de petits appareils qui peuvent s’adapter à des murs de différentes épaisseurs et réduire considérablement les dimensions globales. Parfois, l’humidité s’accumule dans les murs d’habitation en raison de la remontée capillaire, de sorte que des interventions sur les bâtiments sont nécessaires pour permettre une meilleure transpiration même des murs domestiques. Enfin, il est possible d’intervenir avec des méthodes plus “technologiques” telles que l’installation de déshumidificateurs à l’intérieur de la maison, capables d'”aspirer” l’humidité présente dans l’air pour le rendre plus sain.

En choisissant des maisons préfabriquées en béton armé, vous avez la garantie d’une maison sèche protégée des moisissures.

25% des logements seraient touchés par l’apparition d’humidité. Outre les dégâts qu’elle cause sur le mur ou le sol, le développement d’humidité est néfaste pour la santé. Afin d’y remédier, vous pouvez utiliser de l’argile. De la même façon qu’elle absorbe le sébum et rend votre peau plus belle, la matière est capable d’assimiler l’eau contenue dans les murs. Pour l’appliquer, coupez une bouteille en plastique en deux et récupérez la partie avec le goulot. Remplissez-la d’argile blanche, placez un chiffon sur la partie ouverte et tapotez vos parois. Si votre problème de développement d’humidité se trouve dans vos placards, tapissez le fond de papier journal. Il retiendra l’eau et vous n’aurez qu’à changer les feuilles lorsqu’elles sont gorgées de liquide. Vous pouvez également placer du charbon de bois dans une boite, avant de l’installer dans votre placard. N’oubliez pas de changer les pierres imbibées au fur et à mesure, si vous optez pour cette technique.

Le bicarbonate mélangé au vinaigre permet d’ôter les moisissures, alors que l’eucalyptus ou le citrus assainissent les parois.

Seniors : comment prendre soin de votre santé buccodentaire ?
Que faut-il savoir sur les e-liquides bio ?