Phytothérapie : se soigner avec des plantes

Le terme phytothérapie vient du mot grec phytón, plante, et therapéia, remède. Le mot phytón est également attribué le sens de créature et d’être, puisque la racine dérive du verbe phyto, c’est-à-dire générer et aussi être généré. Le mot plante est donc lié au processus de fertilité, de création et de génération, dont les fruits conduisent à la naissance de nouvelles créatures, de nouveaux êtres.

Cette prémisse nous fait comprendre comment la phytothérapie aujourd’hui est parfois comprise uniquement comme une pratique basée sur l’utilisation pharmacologique des plantes médicinales, sans considérer le concept profond qu’elle contient. La phytothérapie étudie les propriétés curatives des plantes, les indications thérapeutiques, les éventuelles contre-indications, la posologie et les voies d’administration. Le terme phytothérapie est apparu pour la première fois en 1927, dans un traité du médecin français Henri Leclerc (1870-1955).

Médecine conventionnelle et alternative

La phytothérapie est la science qui s’occupe de la prévention et du traitement des maladies par l’utilisation de plantes médicinales et de leurs extraits. Elle est également indiquée pour le maintien du bien-être psycho-physique et, comme l’homéopathie, la cristal thérapie et la chromothérapie, elle joue le rôle de « médecine alternative », ou « médecine complémentaire » à la médecine conventionnelle de nature allopathique. Cette dernière, contrairement à la médecine alternative, repose sur le principe contraire contrariis curantur, qui remonte à Hippocrate de Coo (460-377 av. J.-C.), que le créateur de l’homéopathie Samuel Hahnemann a attribué comme fondement de la médecine conventionnelle, dans laquelle la maladie doit être traitée avec une action thérapeutique contraire, qui vise à en contrecarrer les symptômes.

Les origines de la phytothérapie

Au cours des millénaires, les plantes ont été la première source de traitement de diverses affections et maladies. Il s’agit donc d’une pratique qui trouve ses racines dans un passé très lointain : pensez que la momie de Similaun, également connue sous le nom d’Ötzi, qui vivait il y a plus de 5 000 ans, portait des polypes de bouleau, c’est-à-dire des champignons aux propriétés hémostatiques et antibiotiques. Les premières traces écrites de plantes médicinales remontent à 2800 avant J.-C. en Chine, où le premier herbier chinois de l’empereur Shen Nung, le Pen Tsao, mentionnait environ 300 plantes et leurs préparations. Ils utilisaient de nombreuses herbes médicinales aussi bien les Sumériens que les Égyptiens : ces derniers, dans le Papyrus d’Ebers, écrit en 1550 avant J.-C., rapportent l’utilisation de 700 types de plantes, classées selon leur action.

De l’Égypte, l’étude et l’utilisation des plantes médicinales sont arrivées en Grèce, où Hippocrate de Coo (460-377 av. J.-C.) a classé pour la première fois 300 espèces, contenues dans le Corpus Hippocraticum (une collection d’ouvrages traitant de divers sujets, dont la médecine). La médecine grecque s’est ensuite répandue dans tout le bassin méditerranéen, atteignant ainsi la médecine romaine. Au premier siècle après J.-C. Pedano Dioscoride, médecin, botaniste et pharmacien grec, à Rome, dans son De materia medica, a catalogué plus de 600 plantes médicinales. Au IIe siècle après J.-C., le docteur Galen, approfondit et développe les connaissances d’Hippocrate. Au Moyen Age, ce sont les moines qui, se consacrant à la culture des plantes médicinales, ont conservé et transmis les enseignements de cette science pour perpétuer leur savoir.

Théorie de la signature

Vers 1500, la théorie des signatures s’est développée, basée sur le symbolisme de différentes herbes médicinales. Selon cette théorie, les actions thérapeutiques des plantes peuvent être identifiées par analogie morphologique entre la plante et la maladie à traiter ; chaque plante exprime ses propriétés thérapeutiques par sa ressemblance avec la partie malade, par sa forme, sa couleur ou son apparence. Par exemple, la célandine était utilisée pour traiter les maladies du foie et des voies biliaires parce que son jus jaune est similaire à la bile ; la sanguine était utilisée pour traiter les maladies du sang parce que son jus rouge ressemblait au sang.

Le véritable théoricien des signatures est le médecin, philosophe et alchimiste Paracelse (1493-1541), qui a formulé la théorie des signatures sur le présupposé de l’existence d’une « loi de sympathie », c’est-à-dire de l’attraction des choses semblables, non seulement sur le fond mais aussi sur la forme car, comme il le soutenait : « Le semblable appartient au semblable ».

Avec Linnæus (1707-1778), médecin et botaniste suédois, la classification des plantes a fait de grands progrès, puisqu’il a classé les espèces existantes en indiquant des règles précises pour la culture et la collecte des herbes médicinales.

Le comte de Cagliostro (1743-1795), thaumaturge et alchimiste, « ami de l’Humanité », utilisait les propriétés bénéfiques des plantes, élaborées par la tradition des anciens Egyptiens, des Sumériens et d’autres peuples orientaux, pour soulager les souffrances des malades et réaliser de prodigieuses guérisons, puisque, comme il le disait, son savoir résidait « in verbis, herbis et lapìdibus », c’est-à-dire dans le mot, dans les herbes et les minéraux.

Préparations phytothérapeutiques

Il existe diverses préparations phytothérapeutiques, toutes obtenues à partir de parties de plantes, fraîches ou séchées, par l’extraction du principe actif de la plante ou de ses parties (feuilles, fleurs, racines, écorce, fruits, graines). Le phytocomplexe de la plante médicinale est la combinaison de toutes les substances ayant une activité thérapeutique et médicinale, c’est-à-dire les principes actifs extraits de la plante.

Parmi les préparations phytothérapeutiques les plus courantes, on trouve : la teinture mère (T.M.), ou extrait hydroalcoolique, est une préparation liquide obtenue par extraction du principe actif de la plante fraîche, ou de parties de celle-ci, par l’alcool ; les tisanes, en revanche, sont des préparations dans lesquelles l’eau est le véhicule utilisé pour l’extraction des principes actifs de la plante séchée ; les oléolites sont des préparations dans lesquelles l’huile est le solvant nécessaire pour extraire les principes actifs des plantes, fraîches ou séchées ; Les poudres sont obtenues à partir de plantes séchées et soumises à un processus de pulvérisation ; les huiles essentielles, ou essences, sont obtenues par distillation à la vapeur d’eau ou par pression de la plante fraîche ou séchée ; les sirops sont obtenus par ébullition d’une infusion ou macérés avec du sucre.

Le terme d’herboristerie désigne l’art ancien d’identifier, de cultiver, de récolter et de stocker des plantes médicinales à des fins thérapeutiques, ainsi que des produits cosmétiques et des nutriments.

Au cours des millénaires, l’utilisation thérapeutique des plantes a été la première source de traitement de diverses affections. C’est en fait une pratique présente à la fois dans les méthodes anciennes basées sur l’empirisme, l’approche philosophique qui place la source de la connaissance dans l’expérience, et dans la biomédecine moderne. La phytothérapie peut être combinée à la médecine conventionnelle, mais il est bon de toujours suivre les conseils de votre médecin car il est possible d’interférer avec l’absorption des médicaments pris. Les plantes phytothérapie ne sont donc pas seulement de la compétence de l’herboriste, mais aussi de celle du médecin.

L’utilisation de plantes phytothérapie appartient à une sagesse ancienne qui a été expérimentée au cours des siècles : les plantes et les herbes sont des remèdes naturels créés avant même la naissance de l’homme. L’on peut constater de nos la présence des huiles essentielles, des remèdes naturels, de complément alimentaire contenanct des principes actifs, de solution buvable en médecine traditionnelle sans effets seconfdaires. Vous pouvez achetez un produits sous forme de gélules ou arkogelules, un produit pour renforcer la sante et atténuer les douleurs et le stress. Comme l’a dit Paracelse : « Dans la nature, le monde entier est une pharmacie qui n’a même pas de toit ».

Quelles différences entre oméga 3, 6 et 9 ?
Top 4 des meilleurs aliments pour une cure détox