Le test Robert Hare de psychopathie (PCL-R)

Le test Hare sur la psychopathie, également appelé PCL-R, est un outil de référence international. Il est principalement utilisé pour évaluer la population carcérale, mais il est également utile dans le domaine clinique et médico-légal. C’est un test fiable et valable qui peut fournir des informations intéressantes sur les problèmes émotionnels, interpersonnels, comportementaux. C’est peut-être l’une des ressources cliniques les plus intéressantes, en raison de son objectif et de la personne qui l’a proposée. Il s’agit de Robert Hare, docteur en psychologie et professeur à l’université de Colombie britannique, une figure de proue dans le domaine des études criminelles. Son travail en psychopathologie et en psychophysiologie est tout aussi important. Avec la création de cet outil, Hare a cherché à définir une ressource capable de fournir des informations précieuses sur les personnes condamnées pour des actes violents. Cependant, le test a rapidement été couronné de succès, grâce aussi à deux aspects importants. La première est la facilité d’administration ; en effet, elle ne comporte que 20 items (questions) grâce auxquels l’évaluateur peut comparer le sujet évalué avec le profil d’un prototype de psychopathe. Le deuxième aspect qui fait du test Hare sur la psychopathie un outil précieux est la possibilité d’étendre son utilisation bien au-delà des prisonniers et de la population criminelle. Il a commencé à être considéré comme un outil simple et valable également dans le domaine clinique pour évaluer les éventuelles tendances violentes de l’agression sexuelle chez les hommes, les femmes et les adolescents, en étant capable d’estimer – avec une marge d’erreur raisonnable – la probabilité qu’une personne commette un acte criminel.

Test de lièvre sur la psychopathie : objectif, application et fiabilité

L’un des meilleurs livres sur la personnalité psychopathe rassemble sa vaste expérience dans ce domaine. L’histoire commence donc par son expérience de stagiaire dans plusieurs prisons, alors qu’il était encore étudiant en psychologie. Dans ce livre, Hare affirme que l’on ne devient pas psychopathe (contrairement aux sociopathes), mais que l’on naît. C’est peut-être pour cette raison qu’il a jugé nécessaire de développer un instrument d’évaluation des facteurs préexistants qui, selon lui, affectent la population. Le test Hare sur la psychopathie est donc une ressource développée à partir de son expérience pratique, d’études abondantes, d’entretiens et de cas médico-légaux.

Qu’évalue le test Hare ?

Le test Hare sur la psychopathie, ou PCL-R, est utilisé pour évaluer la présence ou l’absence de traits psychopathiques dans des contextes cliniques, juridiques ou de recherche. Le test a été créé dans les années 1990 et était initialement considéré comme fiable pour évaluer les tendances psychopathes d’un sujet. Cependant, au fil du temps, Hare et ses collaborateurs ont décidé de le modifier. La raison en est un fait récurrent : la plupart des psychopathes commettent à nouveau des actes violents. L’actuel PCL-R a été créé pour détecter le risque potentiel de rechute d’une personne condamnée dans la criminalité.

Comment administrer ?

Le test Hare sur la psychopathie comprend 20 items. En fait, il s’agit d’une échelle d’évaluation, c’est-à-dire qu’elle est administrée par le biais d’un entretien semi-structuré dans lequel le professionnel évalue de 0 à 2 points pour chaque question posée. D’autre part, il convient de souligner que le résultat de cette évaluation ne concerne pas seulement l’entretien. Sont pris en compte : les antécédents criminels du sujet, le rapport des experts, les antécédents professionnels et familiaux, les procès-verbaux de procès, les examens par les pairs, etc. Voyons donc les dimensions qui sont examinées dans ce test : Pour réaliser ce test, basé comme déjà mentionné dans une interview et dans l’analyse des différents rapports, il faut une heure et demie. Le résultat obtenu définira la présence ou l’absence de tendances psychopathiques, leur signification et la possibilité de commettre (ou de commettre à nouveau) des actes violents.

Fiabilité et validité du test Hare

Robert Hare souligne qu’avec ce test, il est également possible de détecter le type de psychopathe auquel vous avez affaire. Nous soulignons à ce stade que tous les psychopathes ne tuent pas ou ne commettent pas d’actes violents. La plupart d’entre eux ne se définissent que par une personnalité manipulatrice et narcissique, ce qui entrave à la fois la coexistence et l’identification. Par ailleurs, en ce qui concerne la fiabilité du PCL-R, il convient de noter que plusieurs analyses ont été effectuées. Les données font toujours preuve d’une grande cohérence, validité et fiabilité. Par exemple, l’étude menée par l’Université Carleton à Ottawa, au Canada. Dans ce travail réalisé par le Dr Kristopher J. Brazil, nous soulignons, une fois de plus, son utilité tant dans le domaine de la médecine légale que dans le domaine clinique ou d’investigation. Nous sommes face à un outil vraiment intéressant. Enfin, Robert Hare, à 85 ans, reste une référence et l’un des plus grands experts dans le domaine de la psychopathie et du comportement criminel.

Les troubles de la personnalité psychopathique

À l’interface des domaines médical, judiciaire et social, les troubles de la personnalité peuvent être appréhendés comme des pathologies de la relation et du lien à l’autre. Plutôt que des maladies psychiatriques à part entière, on les définit comme un ensemble de comportements et relations inadaptées aux normes sociales ou morales en vigueur. Il s’agira par exemple d’une impulsivité responsable de mises en danger, d’une indifférence pour autrui entrainant violence et agressivité. Pour parler de trouble de la personnalité, il faut que les symptômes soient présents avant la fin de l’adolescence et persistent tout au long de la vie. Ils ne doivent pas être associés uniquement à un contexte ou un moment particulier : une maladie psychiatrique, la prise de drogues ou de médicaments, certains milieux uniquement… Les fluctuations de l’humeur et l’irritabilité sont par exemple souvent présentes dans les épisodes dépressifs, mais régressent à la fin de ceux-ci-ci. Tout comme lors du sevrage en cannabis.

Les signes de la personnalité antisociale

Nous nous intéresserons ici au trouble de la personnalité de type antisociale. Le trouble de la personnalité antisociale est principalement caractérisé par une incapacité à ressentir de l’empathie pour autrui (c’est-à-dire de percevoir et prendre en considération les émotions d’autrui), une instabilité affective et relationnelle ainsi qu’une impulsivité psychique et comportementale. Le DSM-5 (Diagnostic and Statistical Manual of Psychiatry) en donne la définition suivante :

Ensemble de comportements répétés liés à un mépris et une violation des droits d’autrui chez un individu majeur, les troubles ayant débuté à l’adolescence. En dehors des conséquences d’une autre maladie mentale.

Le trouble est caractérisé par au moins trois des comportements suivants :

  • Incapacité à se conformer aux règles sociales et comportements licites, (entrainant des conséquences policières et judiciaires)
  • Tromperie et mensonge répétés,
  • Impulsivité et imprévisibilité,
  • Irritabilité et agressivité (se traduisant par des violences physiques),
  • Mépris pour sa sécurité ou celle d’autrui, Incapacité d’assumer ses obligations professionnelles ou financières,

  • Absence de remords, indifférence et rationalisation des conséquences de ses comportements.

On estime la proportion des troubles de la personnalité de type psychopathique à environ 1 à 3 % de la population, avec une forte prédominance masculine. Il convient de noter que suivant les ouvrages, on va trouver des termes comme psychopathie, sociopathie ou  personnalité dissociable pour désigner ce même trouble.

Au quotidien, les traits de personnalité antisociale se traduisent par :

  • une intolérance à la frustration
  • une impulsivité responsable d’agressions verbales et physiques,
  • un mépris pour les règles et normes sociales (difficulté à accepter les interdits sociaux ou moraux comme la loi ou les règlements)
  • une absence de remords et de sentiment de culpabilité (rendant difficile la compréhension du caractère pathologique et la remise en question des actes).

Oscillant entre sourire et menace, séduction et rejet, la personnalité psychopathique est marquée par une instabilité à la fois de l’humeur et relationnelle qui traduit de profondes angoisses et une immaturité affective. Les principales conséquences de ces comportements sont judiciaires mais aussi familiales et professionnelles. Le parcours est émaillé de ruptures et de pertes au gré des désordres comportementaux : divorces, licenciements, incarcérations, expulsions comme une vie écrite en pointillés.

Le test de personnalité HTP
Quels sont les principaux symptômes du trouble bipolaire ?