polesanteservices

Problème circulatoire des jambes : quand la marche devient une torture

Les problèmes circulatoires dans les jambes peuvent entraîner de fortes douleurs lors de la marche. Les personnes touchées doivent prendre au sérieux les signes avant-coureurs de la maladie dite des vitrines.

Le trouble circulatoire des jambes

Une personne de plus de 65 ans sur cinq souffre de la maladie dite de la vitrine, un trouble circulatoire des jambes. La cause en est l’artériosclérose, un durcissement de la paroi vasculaire. La maladie des vitrines, également connue sous le nom de claudication intermittente ou maladie artérielle occlusive périphérique (MAP), entraîne chez les personnes concernées des interruptions répétées de la marche en raison de douleurs aux mollets et l’arrêt de la marche. Les patients atteints de PAOD ont un risque quatre à six fois plus élevé de crise cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral. Malheureusement, le pAVK est souvent minimisé et sous-estimé. Les experts expliquent donc quels sont les signes d’alerte à observer, où les patients doivent se tourner s’ils suspectent une maladie et comment éviter la perte d’orteils ou de jambes.

Les patients vulnérables 

En fait, 70 % des patients atteints de MAP subissent une crise cardiaque à long terme et 5 % subissent un accident vasculaire cérébral. Les médecins et les chirurgiens vasculaires considèrent donc la DPAO comme une sorte de signe avant-coureur – une “maladie marqueur” – de l’infarctus du cœur et du cerveau. La détection précoce est donc extrêmement importante – et très simple.

Les patients présentant des facteurs de risque – en particulier les hommes d’un âge avancé, les fumeurs actifs ou les anciens fumeurs, les diabétiques, les personnes en surpoids et les personnes souffrant d’hypertension – doivent être examinés à temps à l’aide d’ultrasons. Surtout si des signaux d’alerte typiques de la MAP sont perceptibles : douleurs à la marche, blessures qui ne guérissent pas, croissance différente des ongles des pieds gauche et droit et absence de pilosité sur le tibia comme indication d’une mauvaise circulation sanguine. Parfois, même le dysfonctionnement érectile peut être le premier symptôme de la PADK. Si des douleurs apparaissent en marchant après des distances répétées de 200 mètres, par exemple, toujours dans le même groupe musculaire au niveau du mollet et de la cuisse, il est probable qu’il s’agisse d’une maladie de vitrine et donc d’une perturbation circulatoire des artères.

La technique pour détecter la maladie des vitrines

La technique la plus importante pour la détection précoce du PAVK est l’examen du pouls du pied et une mesure de la pression Doppler des artères au niveau du bras et de la cheville, qui détermine ce qu’on appelle l’index cheville-bras ou l’index cheville-bras (ABI). Cet examen est similaire à une mesure de la pression artérielle avec des ultrasons supplémentaires. Elle n’est pas stressante, peut être répétée à volonté et peut être effectuée sans risque par le médecin de famille. L’indice ABI de la pression sanguine dans la partie inférieure de la jambe et le bras indique la force avec laquelle les dépôts vasculaires entravent la circulation sanguine. Avec une valeur ABI inférieure à 0,9, le diagnostic de PAVK est confirmé.

Les procédés pour traiter cette maladie

Dans ce cas, les patients doivent consulter un chirurgien vasculaire et un médecin vasculaire ou un angiologue et un cardiologue. Dans un premier temps, le traitement conservateur est le principal objectif dans le cas de la maladie du lèche-vitrine. Elle implique un changement de mode de vie avec contrôle des facteurs de risque : alimentation saine, exercice physique, perte de poids, abstinence de nicotine, contrôle de la pression artérielle. En outre, les patients touchés doivent prendre leurs médicaments régulièrement et consciencieusement tout au long de leur vie.

Il s’agit notamment de l’amincissement du sang au moyen d’un inhibiteur de l’agrégation plaquettaire tel que l’acide acétylsalicylique (ASS). Ce médicament réduit le risque de chirurgie vasculaire de 45 % et le risque de crise cardiaque, d’accident vasculaire cérébral et de décès d’un tiers. Si l’AAS n’a pas d’effet ou si des effets secondaires se produisent, le clopidogrel, un anticoagulant, est utilisé comme alternative. D’autres médicaments concomitants importants sont la pression artérielle et les réducteurs de lipides sanguins.

Le but décisif de la thérapie pour un trouble circulatoire grave est d’empêcher l’amputation des orteils, du bas ou du haut de la cuisse. Les chances d’y parvenir sont d’autant meilleures que le DAP est détecté tôt. Avec une thérapie médicamenteuse optimisée combinée à un entraînement à la marche structuré et contrôlé, la probabilité d’amputation est inférieure à trois pour cent sur une période de dix ans.

Si la maladie vasculaire progresse davantage, de sorte que le patient développe des douleurs au repos pendant la nuit ou des plaies et des points ouverts, la médecine et la chirurgie vasculaires modernes proposent une variété de procédures thérapeutiques pour améliorer à nouveau le flux sanguin artériel dans la jambe affectée. Pour ce faire, le patient doit se rendre dans un centre vasculaire certifié avec une approche interdisciplinaire. Là, des experts de différentes disciplines de la médecine vasculaire décident ensemble de la méthode la mieux adaptée au patient.

Les vaisseaux rétrécis ou occlus peuvent être rendus compatibles avec la chirurgie ouverte classique, le plus souvent par des pontages, par des procédures peu invasives ou par une combinaison des deux procédures. En plus de retrouver la qualité de vie, il est particulièrement important d’éviter l’amputation. En effet, non seulement elle nuit à la qualité de la vie, mais elle réduit également l’espérance de vie. La chirurgie vasculaire moderne peut offrir ces méthodes à partir d’une source unique, garantissant ainsi des soins équilibrés et individualisés aux patients.

Quitter la version mobile